Création

10 conseils pour bien commencer le dessin

Je dessine depuis toute petite. Le dessin a toujours fait partie de ma vie, d’aussi loin que je me souvienne. Lorsque j’ai commencé, je ne me suis pas posée de question. Je pense que ça fait partie de la magie de l’enfance. L’insouciance de se lancer dans quelque chose sans peur ni crainte en fait partie.

Malheureusement, l’âge et les expériences affaiblissent cette insouciance et nous forcent à nous poser de plus en plus de questions avec le temps. Tant, que l’on en vient à étouffer certaines de nos envies et certains de nos rêves sous nos doutes et nos peurs. Malgré cette expérience que je me suis forgée au fil des années, je me retrouve aussi à lutter contre mes propres angoisses lorsque je m’essaie à de nouvelles expériences.

Alors aujourd’hui, je vous livre mes 10 meilleurs conseils pour vous lancer dans l’apprentissage du dessin, afin que vous aussi puissiez retrouver cette sérénité d’enfance.

Attention, ici je ne vous parlerai que de l’apprentissage du dessin et de l’illustration, et non du métier d’illustrateur. Alors pas de marketing ni de statut juridique, un seul article serait trop peu ! 😅

A vos crayons, lançons-nous dans ce top 10 des conseils pour bien débuter le dessin

Conseil n°1 : On commence par se détendre

via GIPHY

Non, ce n’est pas un conseil bidon. C’est d’ailleurs l’une des premières choses que mes professeurs de dessin m’ont apprise ! Se détendre et prendre conscience que le dessin est un apprentissage sur le long terme est l’une des bases fondamentale pour progresser. Tout le monde voudrait se réveiller un matin et avoir le coup de crayon de Léonard De Vinci (moi la première!) mais, malheureusement, ce n’est pas possible. Lorsque l’on voit le travail des artistes que l’on admire, on rêve de pouvoir en faire de même sans voir tout le travail qu’ont nécessité de telles œuvres.

Le dessin est une pratique à part entière. Un métier pour certains. Il vous faudra donc du temps, sûrement plusieurs années pour atteindre le niveau souhaité, et même sûrement bien plus encore ! Il est fort probable d’ailleurs que vous n’atteindrez jamais vos espérances et c’est totalement normal. La plupart d’entre nous sont d’éternels insatisfaits, mais je vous en reparlerai au conseil n°10.

Avant tout, gardez bien en mémoire qu’il vous faudra du temps, et que le dessin ne se résume pas au style réaliste. À notre époque, les prouesses technologiques nous permettent de laisser des traces de notre passage sur Terre. Alors même si par le passé le dessin ne se résumait qu’à un but informatif et pédagogique et nécessitait un haut niveau de perfection, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Alors on se détend, et on respire !

Conseil n°2 : Observer tout ce qui nous entoure

via GIPHY

Encore un conseil qui pourrait vous sembler léger ou futile mais qui est bien loin de l’être. Oui, le meilleur apprentissage c’est la pratique, mais l’observation a énormément d’importance. Avant de vouloir reproduire une image existante ou imaginée, il vous faudra observer tout ce qui vous entoure. Les formes, la composition de certains éléments, la façon dont les ombres épousent les formes sur lesquelles elles se reposent, les plis formés par un sourire, par le vent qui caresse un tissu ou un vêtement, le mouvement de l’eau, les reflets de la lumière sur divers supports, des textures : tout ce qui vous entoure a son importance.

Pas besoin d’aller loin pour apprendre. Observer des personnes dans le métro ou le bus, des paysages, votre animal de compagnie, au travail ou dans la rue, absolument tout ce qui vous entoure est une source d’apprentissage. Observez chaque jour, et toute votre vie.

Conseil n°3 : Commencer par des formes de base

via GIPHY

Maintenant que vous avez bien respiré et observé, vous pouvez commencer à dessiner. Mais pas si vite ! Commencez par les formes de base. Vous souhaitez dessiner votre chat qui dort en boule ? Alors repérez les formes qui composent la silhouette de votre chat. Non, je ne dis pas qu’il est gros, mais je suppose qu’il ressemble à une grosse boule ? Alors allez-vous tracer un rond ou un ovale ? Quelle courbe correspondrait à sa queue ?

Commencez par un croquis dans un carnet (c’est un conseil que l’on donne très souvent, mais personnellement je préfère dessiner sur des feuilles que je classe ensuite dans un classeur). Dessinez des formes simples (ronds, ovales, carrés, triangles,…) pour composer votre dessin. Je vous ai mis en exemple un des papillons que j’ai dessiné dernièrement. Ici, j’ai découpé sa silhouette avec des triangles et des ovales. Le but est d’avoir des repères avant de dessiner les détails. Dessiner des formes simples pour composer un dessin vous aidera à voir si vos proportions sont correctes ou non (si c’est ce que vous souhaitez).

Conseil n°4 : Dessiner chaque jour

via GIPHY

Vous vous en doutez, plus vous pratiquerez, plus vous avancerez ! Mais pas besoin de vous acharner pendant des heures chaque jour. L’important est de dessiner un peu quotidiennement. Pendant que votre meilleure amie vous explique pourquoi elle ne quitte pas ce mec qui ne la mérite pas, ou en regardant une série, pourquoi ne pas garder un petit calepin sous la main et faire des petits croquis rapides ? Des formes simples, des traits, des ombrages, peu importe tant que vous baladez votre crayon sur le papier. Même si vous avez envie de dessiner uniquement des visages par exemple, essayez de dessiner aussi d’autres choses. Variez les sujets et les modèles !

PS: Quand je parle d’ombrages, je ne parle pas de celle-là…

via GIPHY

Conseil n°5 : Images de référence

via GIPHY

Dessiner d’après un modèle réel peut être très intimidant au départ. C’est l’une des meilleures façon d’apprendre mais ça peut être très difficile. Alors si vous n’avez pas la possibilité de dessiner de cette façon, je vous conseille fortement de vous créer une banque d’images. Que ce soit des images découpées dans des magazines, des photos prises avec votre smartphone, des livres illustrés, Pinterest, etc., créez-vous une banque d’images. Pour ma part, j’utilise principalement Pinterest. Je classe toutes les images qui m’inspirent dans mes tableaux. Mais j’ai aussi des dossiers dans mon pc, ou des publications Instagram que j’ai enregistrées.

Attention aux droits d’auteur ! Gardez bien à l’esprit que ce que vous trouverez sur internet n’est pas forcément libre de droits. Vous avez le droit de vous inspirer mais pas de copier, et encore moins si vous voulez vendre votre dessin. Reproduire une œuvre, peu importe sa nature (film, série, peinture, photographie,…) est illégal. Aussi, faites attention aux licences ! Ne reproduisez pas un personnage sous licence. Par exemple, Pokémon, Harry Potter, les personnages Disney, … etc. sont sous licence. Vous pouvez vous en inspirer mais si un univers ou un personnage est reconnaissable, vous vous exposez à des soucis de droit d’auteur…

En revanche, sachez que les personnalités publiques ne sont pas protégées par le droit à l’image. Par exemple, j’ai dû retirer mon dessin de « Sabrina » de ma boutique après m’être rappelée que j’avais dessiné le personnage éponyme, mais j’ai tout à fait le droit de faire le portrait de Kiernan Shipka, tant que je ne fais pas référence à l’un de ses rôle. Par contre, je n’ai pas le droit de reproduire une photo d’elle, car une photo est protégée par le droit d’auteur du photographe. Si je veux dessiner une personnalité publique (mon illustration de Kat Von D, Piece of My Heart par exemple), je dois créer de toutes pièces mon illustration en m’arrangeant pour que Kat soit reconnaissable. Vous pouvez voir comment je m’y suis prise avec un photo montage sur l’article dédié ici.

Conseil n°6: Nourrir son artiste intérieur

via GIPHY

De nombreux livres en parlent. Par exemple, Libérez votre créativité de Julia Cameron ou encore Créer c’est exister de Valérie Belmokhtar. Mais prendre soin de vous fait partie de votre apprentissage. Certains artistes produiront leurs meilleures œuvres en étant tristes ou déprimés, d’autres ont besoin d’être dans leur bulle (comme moi). Vous écouter et nourrir votre créativité est primordial. Musique, lecture, méditation, balades, films, peu importe tant que vous attisez votre créativité. Imaginez que votre artiste intérieur est un enfant ou un animal. C’est un être vivant à part entière et, comme tout être vivant, il a des besoins. À vous de trouver ce dont il a besoin.

Si vous avez besoin de pistes, vous pouvez lire les deux livres dont je vous parle juste au dessus, écouter des podcasts sur le sujet, ou encore lire l’article dans lequel je vous parle des petites techniques que j’utilise pour combattre mon anxiété. Je ne m’en suis rendue compte que plus tard, mais ces techniques boostent ma créativité. Je ne peux dessiner que chez moi, à mon bureau. Je suis incapable de dessiner ailleurs. J’ai besoin de musique, d’allumer une bougie, d’avoir une tasse de café ou de thé. J’ai besoin de ma bulle. Et vous, de quoi avez-vous besoin ?

Conseil n°7 : Expérimenter

via GIPHY

Quand j’ai lu ce mot dans mes cours pour ma formation d’illustrateur, je vous avoue que j’ai eu un peu peur ! Depuis toujours, le crayon de bois est mon médium de prédilection. Alors quand on m’a forcée à m’essayer à d’autres techniques de dessin, je n’étais pas très partante… Pour moi, c’était sortir de ma zone de confort. J’allais devoir faire un devoir à contre-cœur tout en sachant que ça ne me plairait pas. Et pourtant ! M’essayer à d’autres techniques à été très très TRÈS enrichissant. J’ai découvert le plaisir de manipuler l’aquarelle, l’encre de Chine (dont je ne me passe plus pour créer mes textures), l’acrylique ou encore la craie. Je n’ai pas renié le crayon de bois, mais expérimenter m’a permise d’enrichir mes illustrations.

Alors expérimentez, encore et toujours ! De nouvelles techniques de dessin, de nouveaux médiums ou encore d’autres arts ! Le collage, la sculpture, l’écriture, etc. Oui, ça fait aussi partie de « Nourrir son artiste intérieur » mais je voulais vous en parler plus en détails.

Conseil n°8 : Toujours garder un carnet sur soi

via GIPHY

Ce n’est pas parce que vous ne dessinez que chez vous qu’il ne faut pas le faire ! Depuis au moins un an déjà, je me suis mise au bullet journal. J’avais expliqué que je l’avais fait car je ne trouvais pas d’agenda qui me convienne à 100 %. Pages ou espaces trop petits, pas de visibilité sur une semaine, etc. Alors j’ai créé mon agenda parfait avec des anneaux pour ne pas avoir à en créer un nouveau chaque année. Je me suis gardée une catégorie prise de notes pour mes articles, mon blog et autres, mais je me suis aussi achetée un petit carnet réservé au dessin. Je n’y dessine presque jamais. J’y colle mes anciennes illustrations ou des photos qui m’inspirent. Mais là où il m’est fort utile, c’est pour y écrire mes idées de prochaines illustrations.

Alors même si vous n’y dessinerez pas ou presque, gardez un petit carnet sur vous. On n’est jamais à l’abri d’avoir une bonne idée, et c’est toujours quand on en a besoin qu’on n’a jamais de quoi écrire…

Conseil n°9 : Garder un espace dédié à la création

via GIPHY

Même si vous êtes un artiste nomade, vous aurez sûrement plaisir à pouvoir vous poser dans un endroit calme et propice à la création. Ou bien même pour ranger votre matériel. Essayez si ça vous est possible, de dédier un endroit chez vous pour créer. Une petite table, un petit bureau, peu importe. L’important et de vous y sentir bien.

Conseil n°10 : Ne pas baisser les bras mais savoir s’arrêter à temps

via GIPHY

Combien de fois j’ai perdu du temps à recommencer encore et encore un dessin terminé, pour finalement n’en garder que la première version… Savoir s’arrêter à temps s’apprend. C’est un conseil que je donne mais que j’ai encore du mal à appliquer. Vous ne serez sûrement jamais satisfait à 100 % de votre dessin. Et c’est normal ! Mais apprenez à vous arrêter quand il le faut. Dans Créer c’est exister, Valérie Belmokhtar résume ça en disant : « réfléchissez avant et après mais pas pendant ». Et c’est vrai !

Apprenez à faire des pauses aussi. De VRAIES pauses ! Sortir, passer un coup de téléphone, boire un café. Pas une pause pour regarder votre dessin. J’ai encore du mal à le faire aussi… Mais en général, quand je sens que je perds patience, j’arrête. Sinon, je sais que si je continue, le dessin final ne me plaira pas car j’aurais perdu patience et j’aurais bâclé le reste. Aussi, lorsqu’une illustration est terminée, je la range dans un classeur. L’idée est de ne plus l’avoir sous les yeux car j’aurais tendance à repérer les erreurs et j’aurais encore envie de tout recommencer…

En bref, ne baissez pas les bras, prenez votre temps et n’essayez pas d’aller plus vite que la lumière. Savourez chaque coup de pinceau ou de crayon, et dans quelques années, lorsque vous ressortirez vos anciens dessins, vous serez fier du parcours que vous aurez effectué !

Un remerciement spécial à ma sœur pour les corrections de cet article et ses suggestions d’amélioration.


Epinglez cette image sur Pinterest pour la retrouver plus tard !

2 commentaires

  1. […] d’en arriver à produire leurs plus beaux chefs d’œuvres. Alors zen, on respire, et on commence doucement […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.