Inspiration

Trouver l’inspiration et ne plus jamais être en manque


L’inspiration : tout nous semble plus beau quand elle est là, et si fade et décourageant quand elle est absente. Que l’on soit artiste ou pas, l’inspiration est, d’après moi, le moteur de tout. Aujourd’hui, je vous propose un petit mix de tout ce que j’ai appris et mis en place dans ma vie d’artiste, de conseils issus de divers livres ainsi que des témoignages d’autres artistes qui ont accepté de répondre à mes questions afin de vous aider à trouver l’inspiration.

“L’inspiration est partout et elle est aussi à l’intérieur de soi même si on prend le temps de retourner aux sources de temps en temps (son histoire, sa culture, ses goûts). Ces sources personnelles qui peuvent aussi bien entendu être enrichies par des inspirations extérieures mais partir de soi même et de ce qu’on aime est fondamental il me semble.”

Valérie Belmokhtar

I – Identifier la source du blocage

Manque de confiance en soi ? Fatigue ? Maladie physique ou trouble mental ? Longue période de création achevée ou à venir ? Projet imposé qui ne vous inspire pas ou, au contraire, projet libre et c’est la liberté qui vous perd ?

Valérie Belmokhtar (illustratrice et auteure de trois ouvrages concernant l’illustration)

Comme je l’ai abordé dans le livre « Créer, c’est exister » paru aux éditions Pyramyd, l’inspiration vient surtout quand le cerveau est au repos, il faut donc apprendre à lâcher prise et savoir « flâner »  car c’est dans ces moments là qu’on peut être inspiré et avoir de nouvelles idées qui surgissent. L’inspiration est partout et surtout quand on n’est pas assis devant sa table de travail.

Il y a de nombreuses causes qui peuvent provoquer un manque d’inspiration et qui ne doivent parfois pas être prises à la légère lorsque cela est récurrent. Je vous en avais parlé dans un précédant article “Comment assumer son style peut tout changer“. J’ai arrêté de me soucier de ce qui “se faisait” dans le monde de l’illustration, j’avais tout simplement décidé d’être moi. Je vous faisais aussi un petit bilan de tous les avantages dont j’avais pu en tirer. Étant atteinte d’un TAG (Trouble Anxieux Généralisé), tout est sujet d’anxiété pour moi. Et bizarrement (ou pas), depuis que j’ai pris cette décision, je n’ai quasiment plus fait de crise d’angoisse liée à mon travail.

ATTENTION : Concernant le TAG ou tout autre trouble mental, il est important de consulter un professionnel de la santé. Je ne suis en aucun cas spécialiste du sujet, je ne vous parle ici que de mon cas personnel. Si vous avez des doutes vous concernant, en cas de malaise ou mal-être, il est important d’en parler.

Avant d’essayer de trouver une solution à votre manque d’inspiration , il est important d’en déterminer la cause.

Ëlodie (illustratrice & formatrice)

Lorsque cela m’arrive, je sais que c’est parce que je suis dans une période où je travaille trop et que je suis comme “asséchée” intérieurement. Dans ce cas-là, je sais que j’ai besoin de me promener, aller dans des librairies d’art, des expos, ou simplement me promener dans les rues de Paris ou à Oléron pour faire le plein d’énergie positive et d’inspiration.

II – agir ou pas

Méthode passive

Lorsque c’est ponctuel, il peut s’agir d’une fatigue passagère ou d’un vilain rhume que vous avez attrapé. On vous a pourtant appris à bien se couvrir quand il y a du vent 😋. La plupart du temps, la meilleure solution est le REPOS. Prendre soin de soi, prendre du temps pour soi et se “nourrir” est important.

Valérie Belmokhtar (illustratrice et auteure de trois ouvrages concernant l’illustration)

“Oui cela arrive d’être en panne car on n’est pas toujours inspiré, c’est un phénomène humain et naturel. Dans ces cas là je ne force pas et j’en profite pour voir des expositions, lire des livres, voir le monde extérieur (faire une promenade dans la nature ou en ville par exemple), et cela permet de se ressourcer et de trouver de nouvelles idées.”

“Je n’ai pas de technique à part marcher, mais surtout pas forcer. Je fais autre chose, je regarde des films, je lis, je me nourris par d’autres biais et il y a un déclic. J’essaie de faire autre chose, mais je ne reste surtout pas devant ma feuille à essayer de faire quelque chose, si je sens que ça bloque, je laisse, par que ce n’est pas en poussant, en persévérant que ça va absolument venir.

Livia Meinzolt (auteure du roman “Le Bruit des Pages” et illustratrice)

Ëlodie (illustratrice & formatrice)

” La nature m’inspire beaucoup, je suis très sensible aux saisons, et à cette période (le printemps arrive), je me sens très inspirée ! J’ai envie de dessiner des cheveux qui volent au vent, des tenues aériennes, de la nature, etc.”

Méthode active

En revanche, lorsque cela dure plus de plusieurs jours voir une semaine, il peut y avoir un souci plus profond. Un gros manque de confiance en soi, un petit trouble mental peuvent entraver votre créativité. Prendre nos distances avec les réseaux sociaux pour arrêter de se comparer et de se dévaloriser par exemple. Consulter un professionnel de la santé lors du diagnostic de mon TAG m’a été d’un grand soutien. Il m’a permis d’y voir plus clair dans mes angoisses, dans mes doutes, de trouver les causes et les solutions.

Valérie Belmokhtar (illustratrice et auteure de trois ouvrages concernant l’illustration)

J’ai remarqué que les pannes d’inspiration peuvent surgir avec la fatigue, et trop de temps à regarder ce que font les autres (notamment sur les réseaux sociaux par exemple). Dans ce cas, je pense qu’une « détox » digitale peut s’imposer (comme je l’ai expliqué dans mon autre livre « Ateliers d’illustration. Comment trouver son style ? » paru aux éditions Pyramyd.) C’est à dire prendre du temps déconnecté, pour se retrouver un peu soi même et accepter de ne pas avoir constamment de nouvelles idées à proposer car nous ne sommes par des machines à produire mais des artistes.


Début d’année, j’ai eu un gros manque d’inspiration (c’est d’ailleurs pour cette raison que je voulais vous en parler) mais j’avais pourtant un grand grand désir de créer, un besoin. Pourtant, lorsque je me suis mise devant ma feuille rien ne venait. Je me posais énormément de questions.

Je voulais dessiner quelque chose qui ait un sens profond, mais chaque fois je ne trouvais pas comment le traduire. Au bout de plusieurs heures/jours, j’ai essayé d’utiliser ça comme une force et en ai sorti une grande pièce en essayant de dessiner l’inspiration elle-même.

Pour cela, j’ai appliqué une “méthode active“, la même que me décrit Livia.

“Je ne fais jamais vraiment la même chose à part pour la musique. Pour chaque projet j’ai une playlist, un style de musique qui correspond au roman (par exemple rock, classique, jazz, ou pop), et cette musique va me mettre dans l’ambiance, dans la « vibe » et déclencher de l’inspiration. Je vais vraiment essayer de me créer un cocon d’inspiration, une ambiance avec de la musique, des bougies, de la déco, une odeur avec de l’encens pour créer un lieu propice à la création. Un environnement qui me donne envie de créer.”

Livia Meinzolt (auteure du roman “Le Bruit des Pages” et illustratrice)

Et c’est exactement la méthode que j’applique. Pendant un bon moment, je n’arrivais pas à dessiner ailleurs qu’à mon bureau. Je m’étais créée un cocon, une zone de création. Depuis peu, j’essaie aussi de dessiner chez mon chéri, ce qui me force à m’adapter à différents lieux.

Étant une acharnée de base, une fois ma musique dans mon casque, mes bougies/encens allumés, je sors tous les livres qui m’inspirent. Et vous savez que les livres sont une grande part de mon inspiration. J’en mets partout ! J’ouvre également mes tableaux Pinterest, tous les favoris enregistrés sur mon navigateur, tous les posts enregistrés sur Instagram, etc. Et je scrolle, je cherche, j’observe dans les moindres détails à la recherche de la petite flamme.

Ëlodie (illustratrice & formatrice)

“Pour l’illustration, je dirais que mes inspirations se nourrissent entres elles. Par exemple, depuis quelques temps, je suis attirée par le 19ème siècle, l’époque victorienne, alors je me documente de plus en plus là-dessus. A côté de cela, j’étudie aussi les styles graphiques, les œuvres et techniques que j’aime bien : le graphite, l’aquarelle, la transparence, les textures, etc. et j’essaie de mélanger le tout pour créer des illustrations uniques.”

N’hésitez pas à rejoindre la Newsletter afin d’être tenu(e) au courant de la sortie des derniers articles et avoir accès à la Librairie de Freebies !

Fonds d’écrans, cartes, boîtes cadeaux, et pleins d’autres surprises à venir !

III – astuces pour ne plus être en manque D’INSPIRATION

Parfois, de petites astuces toutes simples peuvent êtres mises en place afin d’éviter ces petites pannes d’inspiration dérangeantes mais naturelles.

Ëlodie (illustratrice & formatrice)

” Comme je le disais, quand je suis en panne d’inspiration, cela signifie la plupart du temps que j’ai eu le nez sur mon ordi trop longtemps ^^. Je conseille donc quand cela arrive de s’aérer l’esprit, et ne pas hésiter à laisser les réseaux sociaux de côté et d’ouvrir des livres d’art pour aller puiser l’inspiration à la source ! :)”

realiser un moodboard

Parfois, on ne trouve pas l’inspiration tout simplement parce que l’on n’arrive pas à visualiser concrètement ce que l’on veut. Certaines personnes en font très régulièrement (c’est le cas de Livia) et d’autres pas du tout (c’est mon cas 😅).

En revanche, il m’est arrivé d’en faire un pour un gros projet qui me tenait à cœur et dont je voulais en exploiter toutes les possibilités. Je me suis aperçue que

ça m’avait énormément aidée du début à la fin. Que ce soit pour la composition, les couleurs, ce moodboard m’a accompagnée tout au long de mon processus de création.

Les moodboards n’existent pas que pour des projets ponctuels mais pour n’importe quelle occasion : garder vos objectifs finaux en vue, un mariage, une collection, etc. Il n’y a pas de règle. Alors amusez-vous !

Essayer et noter les idées quand elles arrivent

Parfois il faut juste commencer, écrire ou faire un dessin tout pourri et au bout d’une heure, l’inspiration se chauffe comme un muscle et là, il y a des choses qui commencent à arriver. Mais ça ne marche pas forcément à tous les coups.

Livia Meinzolt (auteure du roman “Le Bruit des Pages” et illustratrice)

Parfois il faut juste commencer par une petite ébauche, un petit croquis raté ou un schéma grossier. Comme le dit Ëlodie dans ses masterclass : “Créer avant de s’inspirer“. Et c’est fondamental. C’est une erreur que j’ai commise pendant un temps et que j’ai vite corrigé.

Lorsque que je ne dessine pas pendant une certaine période, l’envie de dessiner se manifeste chez moi en un besoin vital, comme lorsque vous retenez votre respiration trop longtemps. Et trop souvent, dans ces cas là, mon premier réflexe va être de chercher des références. Or, la créativité vous l’avez en vous. Commencez par gribouiller un petit truc dans votre carnet. Parfois, essayer suffit à lancer la machine.

Valérie Belmokhtar (illustratrice et auteure de trois ouvrages concernant l’illustration)

“Personnellement je note dans un carnet les idées et inspirations qui me viennent dans des moments où je ne suis pas en train de travailler. Je dessine tous les jours dans mes carnets librement. Pour l’écriture aussi , j’ai un carnet dans lequel je note toutes les idées qui me viennent et qui par la suite peuvent devenir des livres, des illustrations ou autres. Je suis curieuse de nature et je m’intéresse à d’autres domaines que l’art, ce qui peut aussi m’inspirer pour mon travail.

EXPéRIMENTER ENCORE ET TOUJOURS

Afin de toujours progresser dans ma technique (le crayon graphite), j’essaie de dessiner régulièrement, presque tous les jours. Même si ce ne sont que des petites choses, expérimenter permet d’alimenter cette petite flamme d’inspiration qu’on a en nous. Peu importe si ça nous semble raté, ou si c’est la première fois qu’on teste une technique.

L‘expérimentation nous permet d’évoluer beaucoup plus vite qu’en s’acharnant sur le même médium. Même si ce ne sont que des tâches d’encre ou d’acrylique, ce que je fais, parfois rien que se salir les mains provoque un petit déclic. Comme lorsque nous étions enfants !

Comme expliqué dans “Libérez votre créativité” de Julia Cameron et “Créer c’est exister” de Valérie Belmokhtar, la curiosité est une bonne partie de la créativité. Elle alimente notre enfant/artiste intérieur.

Être bienveillant envers soi-même

Forcer la créativité et l’inspiration ne sert à rien, j’ai l’impression que cela marche mieux quand on « laisse » faire et qu’on ne veut pas tout contrôler.
Cela demande donc de suivre un rythme plus lent que ce que nous imposeraient les réseaux et de laisser tomber une certaine idée qui voudrait qu’on produise tout le temps des choses nouvelles. Je pense au contraire que les périodes de vide sont là où la fertilité créative peut naître. Si on remplit tout le temps son emploi du temps et qu’on force le processus créatif en permanence, on tue sa créativité naturelle.
Se comparer aux autres est aussi un problème pour l’inspiration car cela atteint la confiance en soi.  Donc je ne cherche pas à rejeter les pannes d’inspiration, je les accepte et je sais que ce sont les périodes de vides d’inspiration qui permettront ensuite de repartir sur des nouvelles créations.
Il faut donc accepter qu’il y ait des pannes justement !

Valérie Belmokhtar

Faîtes-vous confiance. Croyez en vous. Vous avez des choses à partager au monde.

S’AFFRANCHIR DU REGARD DES AUTRES

Plus facile à dire qu’à faire, je suis bien placée pour le savoir 😅

C’est souvent ce qui nous empêche d’avancer. Cette fameuse crainte du jugement, du regard des autres. La peur de trop ressembler ou d’être trop différent. La peur de ne pas faire aussi bien qu’untel, la peur de ne pas atteindre nos objectifs soit financiers soit techniques (un niveau de dessin que vous aimeriez atteindre).

Il y aura toujours des personnes qui critiqueront, qui n’aimeront pas. Mais il y aura surtout des personnes à qui vos œuvres parleront, feront écho. Quoi qu’il en soit, vous créez pour vous.

N’oubliez pas que vous êtes avant tout artistes et que l’Art fait partie de nos vies pour y ajouter de la magie, pour se développer émotionnellement (d’après moi). Pas pour vous mettre des bâtons dans les roues. C’est votre Art, votre personnalité, votre âme que vous aller coucher sur papier.

Il suffit parfois de couper son téléphone, d’arrêter de penser à ce qui se fait ou non. OSEZ tout simplement.

IV – Conclusion

  • Le plus souvent, la meilleure solution est le repos, prendre soin de soi, sortir, se promener, lire un livre ou regarder un film. L’inspiration vient toujours et surtout lorsqu’on ne l’attend pas.
  • Si cela dure trop longtemps, il peut y avoir un souci sous jacent, comme un problème de confiance en soi.
  • Créez-vous un cocon, un endroit propice à la création. De la musique, une bougie, repeindre un meuble (oui c’est ce que je fais…), écouter de la musique, etc.
  • Parfois il suffit d’essayer, griffonner quelque chose, mettre les mains dans la peinture pour déclencher l’inspiration.
  • Réalisez un moodboard pour y voir plus clair.
  • Notez toujours vos idées quand elles viennent, dans un carnet, un google doc ou autre. Vous pourrez y piocher plus tard au besoin.
  • Soyez bienveillant envers vous-même. Acceptez ces périodes creuses avec bienveillance car c’est souvent dans ces moments sombres qu’arrivent les meilleures choses.
  • Oubliez le regard des autres. Vous avez de la valeur, votre Art a de la valeur. Coupez votre téléphone et oubliez Instagram. La créativité est en vous 🖤

Nous espérons toutes que cet article vous aidera à trouver l’inspiration et vous redonnera un peu confiance en vous et en votre Art 🖤
N’hésitez pas à nous dire en commentaire s’il vous a aidé, s’il vous a plu et si vous aimeriez que je traite un sujet particulier dans un prochain article !

N’hésitez pas à enregistrer cet article sur Pinterest pour le retrouver plus tard !

sources

REMIERCIEMENTS

Je souhaite remercier les trois artistes qui ont gentiment accepté de m’apporter leurs témoignages afin de créer un article complet et enrichissant sur le sujet. Encore un grand merci à elles : Valérie Belmokhtar, Livia Meinzolt et Ëlodie. 🌹
Et un merci tout particulier également à Lucie de “Les Bonheurs de Chat Noir” pour sa relecture et ses corrections.
🐾

1 commentaire

  1. […] En revanche, je réfléchis à la façon de le faire : la composition, les couleurs, l’espace, le format, les textures, etc. Il y a d’ailleurs une phrase dans le livre de Valérie Belmokhtar qui m’a beaucoup impactée et que j’essaie d’appliquer le plus possible. Page 86 de son livre “Créer c’est exister” elle écrit “Réfléchir avant et après, mais pas pendant”. Elle nous explique ensuite que le perfectionnisme peut tuer notre créativité, et je suis totalement d’accord. J’ai d’ailleurs eu le plaisir de rédiger un article en partenariat avec Valérie et deux autres artistes très talentueuses. Découvrez-le ici : “Trouver l’inspiration et ne plus jamais être en manque“ […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.